appareillage eedf
Appareillage
Eclaireuses Eclaireurs de France
Groupe Lapérouse de Boulogne-Billancourt

Un éclaireur nous a quitté !

mercredi 1 janvier 2020

 

Nous avons le regret de vous annoncer le décès d’Yves Lassagne, notre responsable de groupe de 2004 à 2007.
Il aura marqué le groupe ainsi que tout ceux qui y était à cette époque tant par sa personnalité unique que par sa volonté de tirer le groupe et chacun d’entre nous vers le haut. Pour moi, il restera l’homme de tous les possibles, celui qui savait nous faire aller au delà de nos volontés, avec qui le champ des possibles devenait sans limite. Vivre à 100 à l’heure, ne jamais douter, savoir y croire et se réaliser.
L’homme de tous les possibles et aussi l’homme de toutes les situations, celui dont on ne compte plus les faits d’armes héroïques tant il a dénoué comme par magie des situations pourtant à l’époque inextricables.
Pour moi il aura été un mentor et je reste riche de la complicité et de la profonde amitié qui nous unissait.

Merci Yves.

❤️❤️ pour Ocicat et Anne.

😢 Briard H.P

 

Appareillage a retrouvé une interview réalisée par Briard et Tapir en septembre 2004 afin de le faire découvrir à ceux qui ne l’ont pas connu :

Qui sont-ils ? YVES LASSAGNE

C’est vrai ça… Qui sont-ils tous ces jeunes habillés en orange qui emmènent vos gamins le dimanche matin et qui les ramènent le soir tout fatigués ? Qui sont-ils ces responsables ? Après tout, on ne les connaît pas très bien. Y a-t-il une vie après les sorties pour nos respons ? Et si oui, quelle vie secrète mènent-ils, une fois leurs chemises orange au placard ?
19h15.. j’avais rendez-vous avec Briard à 18h45 au Royal Thai de Rhin et Danube pour préparer l’interview de Pécari… je suis un peu en retard… Briard est là, mais Pécari est encore plus à la bourre que moi. (Hé oui ça existe… Tant mieux, ça nous permet de voir en gros quelles questions nous allons poser au nouveau responsable de groupe, finalement Pécari arrive, on commande trois Bobuns et les premières questions fusent !

1. Briard et Tapir : Ca faisait un bon bout de temps qu’on te connait au groupe Lapérouse. Peux-tu nous tracer ton parcours au sein du groupe ?

Pécari :« J’ai découvert le groupe Lapérouse au forum des associations en 1995 en inscrivant ma fille Ocicat). C’est elle qui a choisi les Éclaireurs de France, sans savoir que j’avais été éclaireurs dans ma jeunesse. Ensuite, en tant que parent, j’ai rencontré Chevreau, qui avait besoin d’aide de parents pour assister le groupe. Je me suis donc investi dans cette équipe et j’ai pu apporter mon aide, notamant pour des questions matérielles et au camp en Suède pour trouver les billets d’avion à la dernière minute. En septembre 2001, je me suis présenté pour reprendre le groupe à la suite de Chevreau, mais Gayal s’est fait élire… Je suis donc redevenu simple parent d’ainée et j’ai gardé contact avec quelques parents, respons, et anciens. »

2. Et là, tu viens d’être élu à !a tête du groupe ! Comment ça s’est passé ?

« Bien, j’ai été contacté par Sika et Cobra en avril dernier, qui m’ont demandé de reprendre le groupe.
Ensuite, il y ci eu ce fameux repas, où on devait se retrouver avec quelques-uns pour en discuter, et c’est 26 respons et anciens qui sont arrivés au resto pour parler du groupe et de ma possible participation ! J’en ai discuté avec ma compagne et j’ai décidé de filer un coup de main pour aider à relancer le groupe. L’élection a eu lieu le 07 septembre dernier, et j’ai été élu à l’unanimité des suffrages exprimés, mais bon… entre-temps j’avais déjà donné un coup de main pour les petits problèmes de matériel au camp de juillet et pour le retour des routiers du Bénin. »

3. Qu’est-ce que ça signifie pour toi d’être responsable du groupe Lapérouse ?

« C’est surtout une responsabilité ! Prendre en charge une centaine de jeunes, c’est une responsabilité vis-à-vis d’eux même, en tant que jeunes faisant parti d’un mouvement éducatif, et vis-à-vis de leur famille qui nous les confie. Tout en sachant que le risque 0 n’existe pas ! C’est aussi une aventure exaltante avec une bande de responsables dynamiques et motivés, et même plusieurs anciens qui refont surface ! On peut faire un beau parcours ensemble ! Et puis, il faut préparer la succession dès que le groupe sera prêt ! Et j’espère que ça ne sera pas dans 10 ans !!! »

4. Quels sont les projets que tu aimerais mettre en place ?

« Déjà, remettre en état les locaux et le matériel en faisant un inventaire précis de ce qu’on a. Ensuite, redynamiser les unités en leur donnant des moyens éducatifs et pratiques. Par exemple, créer un annuaire commun avec les 6 groupes scouts de Boulogne, des lieux sécurisés où l’on peut camper pour les sorties et les week-ends.
Pour notre groupe, un des projets !es plus intéressants est de trouver un terrain pour des activités permanentes à moins d’une heure de Boulogne et accessible en train !
Ça nous permettrait d’avoir à notre disposition une véritable école de la nature ! Pour le clan, l’idée est qu’il découvre des activités sportives inhabituelles encadrés par des pros : vol à voile, plongée, spéléo, parachutisme I Et puis cette année est le 60ème anniversaire du groupe, une grande fête devrait se préparer! »

5. Et au niveau de l’organisation de l’année ?

« Rien de très nouveau… Des réunions de groupe pour les grandes décisions en commun. Des réunions d’équipe de groupe pour travailler avec chaque maîtrise. Et puis la recréation d’un comité de parents pour nous aider.
Sinon, il faut que les lieux de camps soient fixés dès décembre et que les lieux de camp de l’année suivante soient réservés dès cette année pour qu’on ait des endroits vraiment sympas et des meilleurs prix. »

6. Tu nous as dit que tu avais été éclaireur, peux-tu nous dévoiler ton passé scout ?

« J’ai fait 18 ans de scoutisme. J’ai d’abord été louveteau et éclé à la troupe Dupleix de Vichy. Et ensuite j’ai été routier, responsable éclé et clan au groupe de Clermont-Ferrand. Éclé, Je faisais partie de la patrouille des Tigres Persévérants, dont j’ai été le CP vers 16/17 ans. Je me rappelle, à l’époque, on avait des fanions de patrouille en cuir ! »

7. On te nomme déjà Pécari (N.D.L.R. il ne s’agit pas du trésorier actuel du groupe). D’où te vient ce totem ?

« Je me suis fait totémiser lorsque j’étais CP en 1954/55. Le Pécari est un puissant cochon sauvage d’Amérique. Les initiales de mes adjectifs sont P. et B…. Je n’en dirai pas plus ! »

8. Qu’est-ce que le scoutisme t’a apporté ?

« L’amitié ! Cette amitié qui se perpétue. Le scoutisme est une marque que tu gardes à jamais. J’ai encore des contacts avec mes anciens copains des éclés. Et puis c’est un grand jeu de la vie qui te sert toute la vie aussi bien au niveau professionnel que personnel. Ça m’a appris à prendre des responsabilités

9. Quels sont tes meilleurs souvenirs d’éclaireur ?

« Ah, il y en a beaucoup… Pendant une explo en Italie, notre mission était de s’intégrer dans la population locale. Avec ma patrouille, on a aidé des paysans à arracher tout un champ de haricots ! On a été réellement efficace, puisqu’ils nous ont accueilli chez eux pendant 8 jours… Une expérience extra !
Il y a eu aussi une descente du Honneck (une montagne des Vosges) avec un troupeau de vaches aux fesses ! Je te dis qu’on est descendu vite !!! Et puis, il y a eu les moments forts, comme la rencontre avec des scouts allemands à Bolzano (Italie), juste après la guerre… Au début, on était un peu méfiant, et puis au final on a eu une soirée inoubliable autour d’un feu de camp ! Ah oui… et puis j’ai vécu le 1er camp mixte avec des filles ! Ça non plus ça ne s’oublie pas »

10. Et les galères tu t’en souviens ?

« Oui, je me souviens d’une sortie pendant les grands froids de 1956 ; il faisait -19°C. Les sifflets restaient collés à nos lèvres, et les saucisses pour le midi gelaient instantanément ! On est rentré fissa à la maison. Le lendemain, il a fait -32°C. Il y a eu aussi un camp dans les Vosges… 30 jours de camp, 27 jours de pluie. Sur nos cartes, il y avait plein de villages, mais sur le terrain, ils avaient tous été détruits pendant la guerre… Il ne restait plus que des petits bouts de murs… Mais au final, les galères deviennent des bons souvenirs ! »

11. Que fais-tu dans la vie ?

« En quelques mots… Je suis diplômé en science éco, fiscalité et économie. J’ai fait plein de choses différentes… J’ai été secrétaire général dans une usine de fabrication de matériel électrique, directeur général d’un cabinet de promotion, consultant international en Russie, Pologne, Yougoslavie et dans plusieurs pays africains, et du Moyen-Orient. J’aidais les entreprises françaises à s’installer dans ces pays. »

12. Et maintenant tu fais quoi ?

« Actuellement je suis consultant d’entreprises en France et j’essaie de mettre en place un gros projet de Villages Vacances éducatifs axés sur la protection de l’environnement entre autres… De nombreuses entreprises européennes participent à ce projet, qui pourrait voir le jour dans le sud de la France. »

13. Pour finir, un petit message à faire passer ?

« Et maintenant au travail !!! Il faut conserver au sein de notre groupe un vrai scoutisme, comme l’a initié Chevreau, qui permettra aux jeunes qui sont avec nous de mieux rentrer dans la vie active et de favoriser un travail en commun entre tous tes respons ! »

Interview réalisé par Briard et Tapir pour Appareillage
Septembre 2004


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *