appareillage eedf
Appareillage
Eclaireuses Eclaireurs de France
Groupe Lapérouse de Boulogne-Billancourt

Le camp 2015 vus par les CPs

samedi 12 septembre 2015


Le Camp de Plomœur dans les trois patrouilles de garçons : les Ours, les Cormorans et les Albatros

Le camp est un moment très attendu par tous les éclés. Les CP sont en partie responsables de faire passer un bon camp à leurs patrouillards à travers la bonne ambiance dans la patrouille, la motivation des éclés etc etc etc… Pour ce camp de Plomœur, Gabriel, Antoine et Vincent (CP’s des patrouilles de garçons) vous racontent différentes activités dont ils ont souhaités vous faire part et l’ambiance du camp dans leurs patrouilles.

Les constructions vues par les Cormorans

Les constructions ont lieu les 3 premiers jours du camp, chaque patrouille doit construire au moins une table et un vaisselier pour la suite du camp.
En arrivant, ce qui nous occupe en premier c’est l’emplacement de nos constructions. Une fois celui-ci décidées, nous nous mettons déjà à creuser ; la terre est facile à creuser cette année nous avançons donc rapidement. Le premier jour est rythmé par la répartition des croutes et des perches. Nous nous organisons donc pour essayer de récupérer les meilleures, tout en essayant de continuer à avancer sur les trous. Le premier soir, nous avions donc fait des mi-bois et fini les trous. Le 2ème jour, nous montions l’armature de la table ainsi que celle de la piloti. Malheureusement, ils y a eu des problèmes au niveau des commandes de bois, du coup il a fallu revoir les plans. Nous avons donc pris du retard, et il nous a fallu nous dépêcher le dernier jour, mais nous avons réussi à finir à temps grâce à la générosité des Albatros, qui nous ont prêtés leur nouvelle scie.
Certaines patrouilles décident de faire une construction en plus d’une table comme par exemple les Ours et les Cormorans cette année, qui ont fait une pilotis à coté de leur table.
Les tables sont généralement rectangulaires car ce sont les plus simples à faire mais parfois certaines patrouilles innovent comme les frégates cette année avec leur table en trapèze ou notre table, ronde (les deux tables non rectangulaires sont d’ailleurs arrivées respectivement 1ère et 2nde cette année ndg).

Après les constructions cette année, les éclés ont fait leur cocu, concours de cuisine.

Le CoCu vu par les Ours

Avant chaque camp, en plus de préparer les plans des constructions, la HP doit s’occuper de faire le menu du cocu, les CP arrivent donc avec leurs recettes et leur liste de courses toute prêtes car on n’a pas de temps à perdre après le jour du cocu.
Dès le matin, les CP se réveillent à 8h le jour du cocu et 8h30 pour les autres patrouillards. Nous partons donc tous les 6 accompagnés de certains responsables pour faire les courses (nous étions exceptionnellement 7 cette année car dans la patrouille des Albatros le cocu a été préparé avec un patrouillard (Lorcan) qui est donc venu aider son CP à faire les courses). Pendant ce temps, le reste de la patrouille est dirigé par le SP. A notre retour, vers 10h30, l’inspection est faite, les services de bois pour alimenter le feu toute la journée sont faits et le feu est déjà commencé.
Il y a un grand soleil le jour du cocu, les conditions sont agréables pour cuisiner, nous commençons donc à cuisiner avec entrain sur un feu commun avec la patrouille des Cormorans. Pendant près de 6h, nous entretenons le feu et cuisinons avec les ustensiles souvent en très bon état à notre disposition pour faire notre menu sur la révolution française. Chez les Ours, cette année, nous avons mangé en entrée une piperade basquaise, en plat une bavette au confit d’échalote accompagné d’un pain hérisson cantal-persil et pour le dessert, nous sommes directement allés dans les cuisines royales dérober des truffes au chocolat. Dans un climat d’entraide générale, tous les Ours ont mis du cœur dans la préparation du menu et la mise de la table. Finalement, nos responsables tyranniques dégustent nos plats et, après délibération, annoncent pour les Ours la 3ème place derrière les Sternes, puis les Frégates et devant les Fauvettes, les Albatros et les Cormorans.

Le lendemain, nous sommes tous partie en explo pour 3 jours dans une ville (ou un village) que nous allions découvrir.

L’explo vu par les Ours

Pendant l’exploration, (ou l’explo) chaque patrouille part seule, à pied pour une marche qui va au bout d’une vingtaine de kilomètres (parfois moins) l’emmener dans une ville qu’elle ne connait pas, où elle va s’arranger avec la mairie pour trouver où se loger pendant 2 nuits.
Chaque explo se passe par patrouille, il est donc difficile de parler des explo de cette année en général, je vais donc vous parler de celle des Ours. Nous sommes partis le plus tôt, en même temps que les Frégates car nous avions le plus long trajet (de plus, notre trajet faisait un peu plus de 20km de base et nous avons dû faire un détour d’environ 4km à cause d’un bateau que nous étions censés prendre mais que nous n’avons pu). Donc nous sommes arrivés assez fatigués ce soir à la ville de Clohars-Carnoët, mais les gens ont étés très accueillants et nous avons donc eu accès à un terrain de foot pour planter la tente pendant nos deux nuits.
Cette année, il a été décidé que nous devions rendre un service à la ville qui nous accueillait, en échange de leur hospitalité. Il a donc été convenu avec la mairie de Clohars-Carnoët que nous devions désherber le cimetière de la ville. La première soirée a été calme* et le lendemain nous avons pu utiliser les équipements de la salle omnisports que la mairie avait mis à notre disposition. Nous avons donc pu nous doucher à l’eau chaude (ce qui est sacré au camp) et jouer au hockey, au foot et au basket. Nous avons ensuite passé l’après-midi à désherber le cimetière qui était très grand d’ailleurs par rapport à la taille de la ville (du village). Le soir, ayant reçu l’autorisation de faire du feu, nous nous sommes fait un barbecue sur notre terrain de foot. Le lendemain, nous sommes repartis dès 9h (ce qui est tôt sans le réveil des respons) et en chemin, vers 12h, nous avons croisés sur le GR (sentier de Grande Randonnée) un jogger qui courait suivit d’un chien et qui nous a demandé d’arrêter le chien car il ne le connaissait pas. Nous avons donc stoppé le chien et sur son collier était marqué un numéro, celui des propriétaires du chien qui habitaient a 30 minutes de marche de là sur notre chemin. Ces derniers, heureux d’avoir retrouvé leur petit chien Jocky, nous ont invités chez eux pour se rafraîchir. Ils nous ont prêtés leur piscine et ont fait preuve d’une hospitalité incroyable. Nous sommes donc arrivés à 19h le soir au camp, première patrouille partie et dernière arrivée.

Après l’explo et une journée repos, nous sommes tous partis en grand jeu pendant 3 jours.
* certaines choses ont été légèrement modifiées:D

Le grand jeu vu par les Albatros

Le grand jeu est une activité attendue de tous les éclés pendant le camp.

Le grand jeu est une épreuve du challenge consistant à réunir chaque patrouille sur un même lieu, pour mettre en jeu, pendant ces 3 jours, la nourriture. C’est à dire qu’à chaque fois qu’il y a une intendance, les éclés doivent courir à l’endroit où la nourriture est distribuée pour la ramener dans leur coin de patrouille. Et, au delà les intendances il y a un grand jeu qui continue sur les 3 jours (même de nuit) ce qui nous occupe, nous maintient éveillés et installe l’ambiance particulière très attendue du grand jeu.

Cette année, le grand jeu a été un peu différent des années précédentes. D’habitude, les grands jeux se jouent principalement au physique, mais cette année le grand jeu était plus stratégique. Nos responsables ont créés tout un jeu qui était super (pour les gagnants, ndg).

A l’époque de la révolution française, nos 6 patrouilles se sont faites emprisonnées dans la bastille, lors de sa prise, nous nous sommes enfuis et avons créé 2 communes disctintes : les agriculteurs (réunissant les Frégates, les Sternes et les Ours) et les ouvriers (composé des Fauvettes, Albatros et Cormorans). Pour manger les communes pouvaient acheter sur le marché de la nourriture. Les phases d’intendance étaient donc plus soft que les autres années, et, comme chaque année, tout le monde a pu manger a sa faim. Il y avait pleins de mini-jeux et des prises de drapeaux qui alimentaient la vie du grand jeu. Il y avait plusieurs rôles différents au sein des communes. Les miliciens se combattaient avec plusieurs jeux comme la prise de foulard, barbapapa, combat de pouce, épaule à terre, combat de coq, ninja, etc, etc… et qui ont pour but de voler les autres communes, les maires s’occupaient de gérer les relations parfois tendues entre les communes et les paysans se chargeaient de ramener la nourriture.

L’activité la plus attendue du camp reste les Olympiades, cette année elles sont arrivées à la fin du camp.

Les Olympiades vue par les Cormorans

Les Olympiades sont une série d’épreuves sportives concentrées en une seule journée. Elle sont réalisées par patrouille, les performances en fin de journée sont donc des performances de patrouilles. Les épreuves sont : le relais, le parcours du combattant, et une série de mini-jeux physiques …. et bien sur, les plus attendues du camps, autant par les louvetaux que les éclés : les SIOULES ! Le relais et les sioules se déroulent le matin et le parcours du combattant ainsi que les mini-jeux ont lieu l’après midi. Le relais est une course entre toutes les patrouilles où chaque patrouille doit se faire passer un témoin dans les mains du départ à l’arrivée, les patrouilles les plus nombreuses ont donc des distances moins longues à courir par personne, mais les transitions entre les patrouillards sont plus nombreuses et les pertes de temps sont plus faciles. La sioule est un jeu semblable au rugby où il faut mettre la balle dans la base de la patrouille en face, à peu près de la taille d’une bassine. Le parcours du combattant est un parcours (comme son nom l’indique) composé d’obstacle comme des araignées de fils, des bancs à sauter ou passer dessous mais chaque année, le parcours du combattant a un passage où les éclés doivent ramper dans la boue (ce qui entraîne le passage à la douche après chaque parcours du combattant, ndg).

Les Olympiades sont encore plus attendues par les garçons que par les filles, mais ce qui reste central dans les olympiades sont les sioules (remportées par Cormorans cette année, ndg)

Ces activités se répartissent pendant le camp mais toutes les 5 rassemblent des moments par patrouille, ce qui n’est pas le cas de toutes les activités, par exemple pendant la grande Av’ ou la journée surprise, toute la troupe est totalement mélangée. La dernière chose dont nous voulons vous parler est du quotidien des éclés sur le camp.

La vie de tous les jours dans une patrouille vue par les Albatros

Il faut savoir que pour bien vivre en communauté des règles et des horaires sont nécessaires pour le bon déroulement du camp.
Commençons par le commencement. Le réveil est sonné vers 8h30 nous avons 15mn pour nous préparer. À 8h45 retentit sur la plaine jusque là paisible, la totoche. Alors une horde de jeunes éclés déboulent jusqu’au lieu de rassemblement où ils doivent crier en 1er leur cri de patrouille pour gagner des points au challenge. S’en suit une dérouillage de 15mn (le dérouillage consiste à se motiver pour la journée en faisant un jeu n’importe lequel pour se chauffer avant les grosses activités). De 9h à 9h30 nous mangeons le petit déjeuner suivi de la vaisselle et de la préparation aux inspections du coin de patrouille (oui c’est pas toujours drôle de ranger mais si on laissait tout chaotique on serait en manque d’hygiène) c’est à dire faire l’hygiène du coin de pat’, faire les pan de tentes pour les aérer, ranger tous les mini-mousses et duvets et se mettre en t-shirt du groupe et foulards. Ensuite les responsables nous ont concocté des activités (cela dépend de la journée en question si c’est une journée avec une épreuve du challenge ou autre) pour le reste de la matinée. Nous préparons par la suite par patrouille notre repas du midi, de 12h à 13h on allume le feu et on fait la cuisine. L’intendance est distribuée au point de rassemblement, si il faut préparer un plat ils nous donnent la recette au cas échéant. Nous engloutissons notre déjeuner accompagné d’un de nos sublimes responsables pour animer la conversation. De 13h à 14h nous rangeons notre table et notre coin de pat’, nous faisons la vaisselle et nous avons un temps libre de 30mn pour soit passer des étapes dans le carnet d’étapes, nous reposer, jouer aux cartes, écouter de la musique, etc… (mais surtout pour digérer ndg)
Des activités viennent combler les horaires de l’après-midi, elles peuvent être de réflexion ou plutôt physique avec un goûter pour couronner le tout. Puis de 18h à 19h30 les éclés vont prendre leurs douches parce qu’ils ont beaucoup transpiré et qu’il faut se doucher tous les jours. La douche est bien sûr froide (glacée même ndg) mais ça nous force à nous dépêcher. En sortant de la douche nous préparons le feu et l’alimentation grâce au bois de la forêt. Certains patrouillards s’occupent du feu et font chauffer les plats quand d’autres, juste avant, font à manger. Pendant une heure nous dégustons notre dîner toujours en compagnie d’un responsable qui change chaque jour, il note la qualité du repas, l’ambiance à table, la ponctualité, la tenue à table et j’en passe. De 20h30 à 21h nous faisons la vaisselle, nous nous brossons les dents, nous nettoyons la table et le coin de patrouille et nous nous préparons à la veillée. À 21h nous nous dirigeons vers le point de rassemblement pour assister à la veillée. La veillée dure 1h45 et soit c’est une veillée chant autour du feu avec quelques jeux pour animer un peu plus la veillée, soit une veillée préparée par patrouille ( VPPP ) ce type de veillée est plus sportif, il n’y a que des jeux, on ne s’ennuie pas et c’est marrant. À 22h45 on va se coucher, se brosser les dents pour les personnes qui ne les ont pas brossées avant la veillée, on dit bonne nuit à tout le monde et à 23h est sonné le coucher donc c’est le signal pour fermer les yeux, s’endormir profondément et être prêt pour le lendemain à refaire une fois de plus le tour du cadran.
Voila!!! C’était notre petit aperçu de ce camp que nous avons voulu vous partager pour que vous connaissiez un peu mieux certaines activités (bien sûr, il y en a d’autres qu’on ne raconte pas ici, il en faut bien plus pour occuper des éclés pendant 3 semaines). Nous avons pris plaisir à le rédiger, nous espérons que vous aurez pris plaisir à le lire. Nous vous souhaitons à tous une bonne rentrée !!!
Et une bonne continuation a tous ceux qui nous ont accompagnés pendant ce camp de Plomoeur.

Antoine(CP Cormoran 2014,-2015), (antonio pour les intimes)
Gabriel (CP Ours 2014-2015) (gabi, gab ou gabbbou comme vous voulez)
et Vincent.Y(CP Albatros 2014-2016) (aka vince ou Yacoub)

PS : ndg=notes de gab rajoutées à la fin:)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *