appareillage eedf
Appareillage
Eclaireuses Eclaireurs de France
Groupe Lapérouse de Boulogne-Billancourt

1965 : Naissance de la troupe de l’Astrolabe

samedi 11 décembre 1965

L’arrivée des filles au groupe date de 1949. A cette époque, le scoutisme en général n’est pas mixte.

Il faut dire qu’il a fallu attendre 1945 pour que les femmes aient le droit de vote en France, et les années 1970 pour la généralisation de la scolarité mixte.

Avant guerre, les Eclaireurs de France (qui n’étaient pas encore les EEDF), ont accepté les filles comme responsable louveteaux, puis comme Routier(e).

A la libération, les Eclaireurs de France ont tenté un rapprochement avec la Fédération Francaise des Eclaireuses (FFE), et ont accepté l’arrivée des filles comme éclaireuses.

C’est dans ce contexte, et donc assez tôt, que la Compagnie du Hameau a rejoint notre groupe pour créer une première troupe. Il s’agissait du groupe de la FFE du lycée Jean de la Fontaine (Paris XVI°) – Les groupes laïques étaient souvent rattachés à des lycées à l’époque.

Sur les effectifs des premières années, elles sont bien entendu moins nombreuses que les garcons.
En 1950, elles sont 12 à partir pour la Grèce quand 22 éclaireurs partent au Maroc.
En 1960, elles sont déjà 23, soit 3 patrouilles (autant qu’aujourd’hui).
En 1965, elles ne sont plus que 7 à partir au camp – quand les éclaireurs sont 25.
En 1967, elles sont à nouveau 23.

Dans les années 1963-1967, les activités à l’année sont encore « féminines » : Une année de la poterie, une autre du Tennis à Puteaux ou des ateliers : Emaux sur Cuivre, Marionnettes, Inclusions sous plastique.

En 1964 a lieu la fusion effective des Eclaireurs de France, de la partie laïque de la Fédération Française des Eclaireuses et des Eclaireurs Français (peu nombreux) pour donner naissance à une nouvelle association : les EEDF (Eclaireuses, Eclaireurs de France). On ne retrouve pas trace de changements particuliers au sein de notre groupe – sinon un changement de loi, de promesse et d’uniforme (la chemise devient grise).

La troupe féminine a du avoir plusieurs noms, mais en 1965, elle s’appelle troupe Lapérouse II, ce qui n’était pas très romantique.

Ce sont les filles qui ont choisi un nouveau nom pour leur troupe fin 1965 : « l’Astrolabe » qui est, à la fois,  un instrument qui permet de prendre la mesure des astres afin de calculer l’heure, mais surtout le nom d’un des vaisseaux de Jean-François de Lapérouse.

C’est début 1967 qu’est choisi le chant de la Troupe de l’Astrolabe : Il s’agit de « A nous la liberté » tiré du film éponyme de René Clair en 1931.

Il s’agit d’un film culte qui devint une sorte de slogan pour la jeunesse lettrée au cours des années 1930.

Voici les paroles :

Refrain :
Partout, si l’on en croit l’histoire,
Partout, on peut rire et chanter,
Partout, on peut aimer et boire.
A nous, à nous la liberté !

1er couplet :
La liberté c’est toute l’existence
Mais les humains ont créé les prisons
Les règlements, les lois, les convenances
Et les travaux, les bureaux, les maisons
Ai-je raison ? Alors, disons :
Mon vieux copain, la vie est belle
Quand on connaît la liberté
N’attendons plus, partons vers elle
L’air pur est bon pour la santé
2ème couplet :
Pourquoi faut-il se compliquer la vie ?
Pour de l’argent se faire des cheveux
Alors qu’on peut suivre sa fantaisie
Quand on est libre, on fait tout ce qu’on veut
On vit heureux selon ses vœux
Mon vieux copain, la vie est douce
Vivons comme vivent les fleurs
Ne pas en fiche une secousse
C’est le vrai secret du bonheur

Pour l’écouter, rendez-vous à la 6eme minute et 35 secondes :

éclaireuses sur un radeau
Les éclaireuses avec leur radeau en 1961
On retrouve sur d’autres photos le foulard porté en fichu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *